Publié le 28 novembre 2019 APRÈS LE RASSEMBLEMENT DU 16/11/2019 DEVANT LA PRÉFECTURE LA LETTRE DE L'ASSOCIATION D.I.G.D. À MONSIEUR LE PRÉFET DE LA DORDOGNE.

Castels, le 20 novembre 2019

 

 

                                                    Monsieur Frédéric Périssat

                                            Préfet de la Dordogne

                                               2 rue Paul-Louis Courier

                                   24000 Périgueux

 

 

 

 

Objet : Manifestation du 16 novembre 2019, appel à porter l'écharpe tricolore par  tous         les maires et adjoint.e.s.

 

 

Monsieur le Préfet,

 

 

 

Ce courrier fait suite au mail du 12 novembre 2019 envoyé par monsieur Germinal Peiro dans toutes les mairies de la Dordogne et à nos précédentes questions.

 

Il est motivé par votre communiqué de presse lié à la manifestation du 16 novembre.

 

Nous relevons que vous rappelez la position de l'État sur des points importants dont :

 

- La libre expression des idées et de manifester dans le respect d'autrui.

- La libre administration des collectivités territoriales qui s'administrent librement dans                    le cadre des  lois et règlements de la République.

 

Nous espérons toujours une réponse aux questions déjà posées sur la liberté de manifester porteur d'une écharpe tricolore. Ne faudrait-il pas ajouter au respect d'autrui celui des signes républicains ?

 

Nous avons déjà attiré votre attention sur la grande mascarade républicaine du rassemblement du 3 septembre 2017 organisé, comme le dernier, par le président du Conseil départemental et ses amis. Usurpation de l'écharpe de député perpétrée par monsieur Germinal Peiro, délit pour lequel il a déjà subi un rappel à la loi. Usurpation par port de fausses écharpes tricolores, généreusement distribuées par les organisateurs, à des personnes identifiées et non autorisées (plusieurs photos en témoignent).

 

Il y avait moins d'écharpes tricolores samedi dernier, le maire de Sarlat ne portait pas la sienne, mais une photo publiée sur le site du Conseil départemental montre un homme porteur d'une écharpe de député (rouge près du col). Il ne s'agit pas d'un des trois députés masculins du département. On assiste là à une usurpation, qu'elle soit un fait volontaire ou une étourderie. Combien de personnes étaient réglementairement autorisées à porter leur écharpe dans les conditions de ce rassemblement, qui étaient-elles ? Peiro

 

Le phénomène "gilets jaunes" est dû à la volonté de se reconnaître dans un rassemblement. Il ne date pas du 17 novembre 2018, il avait déjà été imaginé, dans le bordelais, quelques années auparavant. Idée simple qui ne pouvait qu'être reprise… pour voir qui appartient au mouvement.

 

Monsieur Peiro semble user du port de l'écharpe tricolore comme d'un "gilet jaune". Quand dans un rassemblement un maire respecte le protocole du port de ce signe républicain il est raillé par ses collègues, qui le classent dans la catégorie des opposants au contournement de Beynac, un insoumis ou un traître en quelque sorte.

 

Cela permet au président du Conseil départemental de « compter » ses partisans mais surtout de se donner l'apparence d'une légitimité qu'il n'a pas. Il ose même écrire au Président de la République que 80% des maires représentent 80 % des habitants de la Dordogne.

 

Les collectivités territoriales s'administrent librement dans le cadre des  lois et règlements de la République. Bien ! Pourriez-vous nous indiquer les codes et règlements qui régissent le port de l'écharpe tricolore ? Ce port est-il permis dans les manifestations partisanes organisées par une personne exerçant une mission de service public ? Si nécessaire, les règles pourraient-elles être rappelées publiquement pour éviter toute infraction ?

 

Quelle sera l'attitude de monsieur Peiro si la Justice ne satisfait pas prochainement son profond désir de poursuivre son projet ? Ira-t-il jusqu'à organiser une "jacquerie" ?

 

Nous espérons que vous voudrez bien nous apporter des réponses à des préoccupations qui nous paraissent fondées.

 

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de notre haute considération.

 

 

     Pour l'association D.I.G.D. Théophile Pardo, président.

Visible ICI

Contact

Siège social Association DIGD

Mairie de Castels et Bèzenac

24220 Castels Bèzenac

Président Théophile Pardo

06 75 01 62 34

 

 

PLAN DU SITE

À propos de DIGD

Actualités

Sujets

Documents

Dossier de presse

Contact