NN RESPECT

DES PRESCRIPTIONS

PREFECTORALES !

Dès nos premières investigations vidéos sur les chantiers, nous avons pu constater le non-respect de nombreuses prescriptions figurant sur l'arrêté préfectoral… sans qu'il y ait eu la moindre réaction de la préfecture.

Le Conseil Départemental ne respecte pas son contrat, il ne vérifie pas les chantiers, ne respecte pas ses engagements ne se préoccupe pas de la sécurité des intervenants,
il avance à marche forcée avec le plus grand mépris
des règles et des lois.

“Tout ne va pas très bien Madame la Marquise.” (Ray Ventura)

.

VUE DU CIEL, LA DIMENSION DU DÉSASTRE.

Voici le chantier de terrassement et les fondations du pont de Fayrac rive droite, coté Vezac.

Les terrassements concernent le remblai de la rampe d'accès qui s'appuiera sur la culée de l’ouvrage, le mur d'appui, les forages à la tarière , le chemisage et le coulage du béton des piles qui serviront d'assise à cette culée. C’est dans la fosse carrée P1, très près de la rive, que sera coulé le béton après ferraillage. Cette vue aérienne montre bien l’emprise très importante du nouveau pont de 14,60 m de large jouxtant l’actuel pont-rail qui ne mesure que 6,40 m. Soit un impact visuel de 31,50 m. Nous sommes loin des affirmations du conseil départemental disant, je cite,  «cette voie sera à peine perceptible, voir invisible…», plus étonnant encore :  «les architectes ont contrôlé les dimensions de chaque ouvrage de manière à assurer une intégration sobre et discrète.» Une notion assez particulière de la proportion sachant que ce pont a son alter ego au Pech.

Soixante-trois mètres de largeur d’ouvrage supplémentaire sur la Dordogne, c’est un sens assez surprenant de la discrétion.

Et l’on peut s’étonner que ces travaux n’aient pas été interrompus durant la période estivale déclenchant un ensemble de nuisances dommageables pour la population et les professionnels du tourisme comme en témoigne d'un riverain.

 

LES IMAGES TÉMOIGNENT.

Le chantier du Pech, rive droite, côté Monrecourt, est identique à celui de Fayrac concernant les fondations et le terrassement.

On y voit la fondation de la culée et la fondation de la pile P1 positionnée quasiment au bord de la berge comme vous pourrez le constater en fin de vidéo. Il a ceci de particulièrement intéressant qu’il met en exergue un certain nombre de non-respect des prescriptions de l’arrêté préfectoral… sans qu’il y ait eu la moindre réaction de la préfecture. Comme à Fayrac on remarque que le chantier est très proche de la Dordogne allant jusqu’à empiéter très largement sur la servitude de marchepied, une bande obligatoire d’une largeur de 3,25 m inscrite au Code du Domaine Public Fluvial depuis 1956.

Nous avons fait consigner par constat d’huissier la mise en évidence de ces anomalies comme, par exemple, les terres de déblaiement qui se déversent directement dans la rivière et le manque de barrière anti-intrusion pour la faune afin de ne citer que ça.

Un état des lieux qui, en toute logique, devrait conduire à l’annulation des dérogations et à la révocation de l’arrêté de Madame la Préfète d’autorisation des travaux.

 

SI LE MAÎTRE D'OUVRAGE ET LA PRÉFECTURE
NE RESPECTENT PAS LES ENGAGEMENTS PRIS,

DIGD S'EN EST OCCUPÉ.

Nous avons fait constater par huissier les nombreux non-respect des prescriptions de l'arrêté préfectoral, constat que nous avons fait parvenir à Madame la Préfète à laquelle nous avons demandé à être reçus.

Retour direct

au site DIGD

Contact

Siège social Association DIGD

Président Théo Pardo

Mairie de Castels et Bèzenac

24220 Castels Bèzenac

06 07 10 71 09

communication.digd@digd.fr