Publié le 18 novembre 2019 Conférence de presse d'ANTICOR 24 en partenariat avec DIGD. Communiqué

  HALTE A L'INCENDIE FINANCIER DÉPARTEMENTAL

 

 

Anticor 24 et l'association D.I.G.D. communiquent:

 

Le 15 novembre 2019, le Président du Conseil départemental de la Dordogne a présenté un bilan financier du projet de Beynac dans lequel il justifie que le contribuable périgourdin va devoir payer environ 6 M d'euros en raison de l'ajournement du chantier de Beynac qu'il attribue aux seuls opposants. (Chiffres en annexe *1)

 

Les deux associations réaffirment :

 

• d'une part que c'est une décision de justice fondée sur la violation par Madame la Préfète d'une loi européenne environnementale qui a arrêté le chantier.

• d'autre part que la somme qui sera à payer n'est due qu'à la précipitation du chef de l'exécutif départemental à commencer les travaux en refusant de prendre en compte le délai de recours prévu à l'article 37 de l'Arrêté d'autorisation.

 

Le choix, semble-t-il personnel, fait par le chef de l'exécutif départemental, qui n'a pas tenu compte des voies et recours, a ainsi entraîné un engagement risqué de la part des entreprises et un incendie financier dans un département pour lequel la Chambre Régionale des Comptes a déjà mentionné qu'il était en limite de sa capacité d'investissement.

 

Le 25 juillet dernier, le même a écrit au Président de la République pour demander la reprise du chantier de Beynac et une nouvelle loi pour sécuriser les collectivités territoriales. Ainsi il demande que la plus haute autorité de l'État fasse pression sur la Justice et abroge une loi européenne dite de transition écologique votée en son temps par le même M. Peiro.

 

Ces deux revendications sont contraires à la Constitution :

 

1/ la justice est indépendante du pouvoir exécutif ;

2/ le changement de loi doit passer par la représentation nationale et non par la rue.

 

Anticor 24 et DIGD ont adressé, ce jour, une demande d'audience au Président de la République pour évoquer les atteintes répétées à l'État de droit commises par le Département (en pièce jointe).  La dernière vient encore de se traduire par un rassemblement devant la préfecture de la Dordogne.

 

D'autre part, devant le traitement inéquitable de l'information départementale concernant le projet de contournement de Beynac, DIGD considère qu'une atteinte grave est portée, par le Conseil départemental, au principe de neutralité du service public. L'association lui demande de mettre fin à une communication outrancière et mensongère.

 

Enfin, Anticor 24 et DIGD contestent les chiffres, donnés par le Département, sur les éventuelles remise en état ou poursuite du chantier. (Chiffres en annexe *2)

 

Présents sur les lieux du rassemblement du 16, des adhérents des deux associations n'ont pu que sourire à l'annonce du chiffre de manifestants avancé.

 

 

Annexes :

 

(*1)  Chiffres concernant les surcoûts.

 

Le démarrage précipité du chantier, puis l’arrêt par la justice, nécessite un avenant au marché et un protocole d’accord qui ont fait l’objet d’une délibération du conseil départemental  le 15 novembre dernier.

 

Elle concerne le marché le plus important à savoir : la construction des 2 ouvrages d’art du Pech et de Fayrac.

 

Pratiquement  deux millions d'euros devront compenser le préjudice d’ajournement du chantier (exactement 1 993 644 € ).

 

Deux cas sont envisageables :

 

Non reprise du chantier : il faudra ajouter 1 741 945 € pour plus-value à cause de l’ajournement et 232 135 € pour indemnité de résiliation.

 

soit un TOTAL de Quatre millions d'euros (3 967 724 €, exactement)

 

Reprise du chantier : il faudra ajouter au préjudice 1 005 337 € pour plus-value à cause de l'ajournement ainsi qu’une indemnité de redémarrage de 2 321 498 €

 

soit un TOTAL de plus de Cinq millions d'euros (5 320 479€, exactement)

 

Ces chiffres ne concernent que les ouvrages du Pech et de Fayrac. Pour le pont-rail un préjudice supplémentaire de 1 484 546 € est en négociation avec les entreprises.

 

(*2)  Chiffres donnés par DIGD en cas de remise en état ou de poursuite des travaux.

 

Remise en état du Site :  6 Millions d'euros (plus ou moins 5 %)

 

Poursuite du chantier : Coût global 65 Millions d'euros (+ ou - 5 %)

 

          (À comparer au coût annoncé de 32 millions d'euros !)

 

 

Contact

Siège social Association DIGD

Mairie de Castels et Bèzenac

24220 Castels Bèzenac

Président Théophile Pardo

06 75 01 62 34

 

 

PLAN DU SITE

À propos de DIGD

Actualités

Sujets

Documents

Dossier de presse

Contact