Publié le 31 juillet 2020

 

DIGD a écrit à Madame

Jacqueline GOURAULT,

Ministre de la cohésion des territoires et des

Relations avec les collectivités territoriales

 

En  juillet, alors que se déroulaient des visites d'un chantier condamné à la démolition, le C.A. de l'association a décidé qu'il fallait encore une fois dénoncer la conduite de M. Germinal PEIRO, président du Conseil départemental, qui continue d'essayer de convaincre sur la nécessité de terminer son projet définitivement déclaré illégal.

 

Il interpelle les ministres en visite dans le département, tente d'être reçu par le Président de la République (qui ne peut que se plier aux décisions de justice), en définitive essaie de soulever une partie de la population contre l'État en créant des clivages irréversibles qui aboutiront à des drames dont son comportement seul sera responsable.

 

Le ministre Marc Fesneau vient de nous répondre qu'il peut comprendre « les réactions des différentes parties prenantes. Chacun doit désormais, dans un esprit d'apaisement, retrouver le chemin du dialogue afin qu'à l'avenir une solution de nature à concilier les différents intérêts  en jeu puisse être trouvée. »

 

C'est sans doute dans cet « esprit d'apaisement » que M. Germinal PEIRO organise avec ses amis de l'association « J'aime Beynac et sa vallée » le rassemblement du 13 septembre.

 

Nous ajouterons que forcément la solution ne pourra être que légale et ne devra donc pas impacter la zone classée à divers titres dont celui de NATURA 2000.

 

 

Castels et Bèzenac, le 26 juillet 2020

 

 à Madame Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion des territoires et des        Relations avec les collectivités territoriales.

 

Objet :Comportement de M. Germinal Peiro, président du CD de la Dordogne.

 

Madame la Ministre,

 

 

 Vous avez pris connaissance de notre correspondance datée du 19 septembre 2019.

 

 Notre association a été reçue par le préfet de la Dordogne le 3 mars 2020.

 

 Le comportement de monsieur Germinal Peiro ne cesse d'exprimer la déraison. Concernant son projet de contournement de Beynac, le rejet de son recours devant le Conseil d'État lui fait tenir des propos séditieux qui interrogent quant à son respect de l'État de droit, de l'institution judiciaire et de la République.

 

 Alors qu'il a engagé, par un manque de prudence coupable, 27 M€ dans des travaux contestés, la Cour administrative d'appel de Bordeaux a condamné le Département à démolir les ouvrages déjà exécutés. Coût évalué à 6 M€ par DIGD, mais de 11 à 14 M€ par le Département. Au final, un gaspillage d’argent public  évalué entre 33 et 40 M€.

 

 Aujourd'hui ce gestionnaire déraisonnable appelle ses soutiens à avoir une conduite de « zadistes » en leur suggérant de s'opposer aux « bulldozers ». Dans le même temps il poursuit deux « zadistes », anciens opposants à son projet, qui avaient entravé un chantier au demeurant jugé illégal par la justice.

 

 Alors que la parole gouvernementale dicte : « L'ordre républicain doit prévaloir », le président du Conseil départemental, lui, évoque régulièrement dans son affaire : « un pays d'irresponsables dans un pays de fous ! », et appelle tout récemment à la désobéissance dans un rassemblement regroupant environ 300 personnes dont certaines, ignorant le protocole, portent des écharpes tricolores en dehors de leur territoire communal et pour une manifestation privée :

    « Et puis je m'adresse à vous. Vous savez, pour empêcher un chantier, y'a pas besoin d'être 10 000 ! Donc un jour peut-être qu'il vous sera demandé, ou peut-être qu'on ne vous ne demandera rien... on n'aura pas besoin de vous conseiller...  Mais je connais devant moi au moins une centaine de personnes qui iront faire ce qu'ont fait les zadistes, c'est à dire se mettre devant les bulldozers ! Et vous verrez que ça n'avancera pas si vite que ça. »

 

 Parmi l'opposition qu'il sous estime, il stigmatise les « châtelains » osant affirmer :

« ce sont ces gens-là qui sont servis par le pouvoir » et « l'État a voulu donner raison à ces gens-là contre vous, contre la population de la Dordogne, contre les Élus et contre les finances du Département. Voilà aujourd'hui qui gouverne la France ! ». (*)

 

 Gestion financière déplorable du département, comportement irrespectueux vis-à-vis des institutions, du gouvernement, de la République, de la démocratie enfin. Au cours de l'enquête publique la population s'était prononcée très majoritairement contre le projet (environ 2500 observations, dont plus de 80% contre, moins de 12% pour).

 

 Le CGCT ne prévoit pas la révocation d'un président de Conseil départemental, un gouvernement peut-il laisser impunément se développer la situation que nous vivons ?

 

 Monsieur le préfet, Frédéric Périssat, connait très bien les faits, mais semble ne pas pouvoir imposer l'exécution des décisions de justice. Le respect du contrat Commune/Département ordonné mi 2019  (goudronnage de la traversée de Beynac impactée par les travaux d'élargissement de 2015 à 2017) n'est toujours pas réalisé. Sur le terrain, nous savons que les excès de M. Peiro seront difficiles à maîtriser.

 

 Nous vous prions d'agréer, Madame la Ministre, l'expression de notre haute considération.

 

 Pour l'association D.I.G.D. (Défendre l'Intérêt Général en Dordogne) (**)

Théophile Pardo, président.

 

 

(*) Lien vers https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/dordogne/perigord/dordogne-g-peiro-appelle-population-desobeissance-balance-chatelains-gouvernement-1851098.html

 

(**) http://www.digd.fr

 

Copies à :

 Monsieur Jean Castex Premier ministre.

 Monsieur Gérald Darmanin, Ministre de l'Intérieur.

 Madame Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique.

 Madame Roselyne Bachelot, Ministre de la Culture.

 Monsieur Marc Fesneau, Ministre délégué auprès du premier ministre, chargé des relations avec le parlement et de la participation citoyenne.

 Monsieur Frédéric Périssat, préfet de la Dordogne.

 Madame Jacqueline Dubois, Députée de la 4ème circonscription de la Dordogne.

 

 

 

 

 

Contact

Siège social Association DIGD

Mairie de Castels et Bèzenac

24220 Castels Bèzenac

Président Théophile Pardo

06 75 01 62 34

 

 

PLAN DU SITE

À propos de DIGD

Actualités

Sujets

Documents

Dossier de presse

Contact